Citroën C5 phase 1 Index du Forum
Connexion S’enregistrer FAQ Membres Rechercher Citroën C5 phase 1 Index du Forum

PSA n'en fait qu'à sa tête, les gouvernants n'y pourront rien  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Citroën C5 phase 1 Index du Forum » LE GRENIER » DIVERS ESPACES » L'ESTANQUET
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
AngleZach
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 26 Juil 2012 - 15:11    Sujet du message: PSA n'en fait qu'à sa tête, les gouvernants n'y pourront rien Répondre en citant

J'ai trouvé cet article plutôt lucide.
PSA, l'impasse : François Hollande a-t-il tendu un piège à Arnaud Montebourg ?

Et si Arnaud Montebourg allait trop loin dans ce que certains appellent aujourd'hui "sa croisade contre PSA" ? Pour notre chroniqueur Bruno Roger-Petit, l'actualité sociale pourrait venir à bout du mandat du ministre du Redressement productif au sein du gouvernement. Explications.

La scène a eu lieu dans une grande et célèbre brasserie de Montparnasse, en début de semaine. Arnaud Montebourg, en fin de soirée, est interpellé par des clients, qui lui demandent si la situation générale du pays va s'arranger. Le ministre du Redressement productif leur promet, sans réserve, gestes grandiloquents à l'appui que tout finira bien par aller mieux, qu'il ne faut pas s'inquiéter, qu'il s'occupe de tout et le gouvernement avec. Puis il s'en va, tel un albatros que rien n'empêche de marcher, "Allez, hein ! Bonsoir !", laissant les clients éberlués, étonnés et surtout, dubitatifs.
 
Sa seule arme : son verbe
 
Donc Montebourg assure, mais ne rassure pas. Sans doute une partie de l'opinion a-t-elle déjà compris que le ministre, confronté à l'inéluctable vague de plans sociaux, retardés par le gouvernement précédent pour cause d'élection présidentielle, ne possède pour seule arme que son verbe.
 
En quinze ans, les Français ont vu Montebourg plaider haut et fort pour la VIe République, la mise en accusation de Chirac président, la réforme des travers des tribunaux de commerce, la moralisation de la vie publique, la rénovation du PS : autant de combats menés bruyamment, mais tous perdus, sans exception. Les Français savent que le verbe de Montebourg peut porter haut mais ils savent aussi que ça ne ne va pas très loin.  
 
Le piège gouvernemental est double, et à ce point redoutable que l'on finit par se demander si François Hollande (qui ne l'aime pas, secret de polichinelle) ne l'a pas tendu en toute connaissance de cause.
 
D'un côté, un leader socialiste immobilisé. Arnaud Montebourg est coincé par la nécessaire exigence gouvernementale de solidarité, et les conséquences qui en découlent quant à l'organisation du congrès socialiste automnal. Très probablement, in fine, les 17% de la primaire socialiste ne fructifieront pas un an après. Rapport de forces gelé, originalité idéologique congelée, soit Montebourg neutralisé.
 
De l'autre, un ministre du Redressement productif empêtré. Montebourg affronte ce qui ne peut être affronté à armes égales : l'argent et le profit, les vieux ennemis du socialisme démocratique. Le cas de l'entreprise PSA, menée dans le gouffre (819 millions d'euros de perte en un an !) par des propriétaires et dirigeants emblématiques de ce que le patronat français produit de pire, entre égoïsme et incompétence, depuis deux siècles est patent.

 
Le ministre du Redressement productif, à l'étroit dans un État trop intégré dans une mondialisation qu'il dénonce, est aujourd'hui totalement impuissant à défaire un plan de démolition sociale causé par des actionnaires et dirigeants premiers responsables et coupables d'un échec, leur échec, qui va devoir être supporté par une classe ouvrière transformée en variable d'ajustement humaine de leurs erreurs.
 
Une hostilité malvenue
 
Montebourg ne possède que son verbe pour combattre l'inéluctable. Ces derniers jours, il en a beaucoup usé. En a-t-il abusé ? C'est ce que semble suggérer l'éditorial du Monde en date du 24 juillet, décrétant que Montebourg est en fait le ministre du redressement contre-productif :
 
"La méthode Montebourg, appuyée par les mots très durs du président Hollande à l'égard de PSA le 14 juillet, envoie des signaux négatifs sur l'attitude du nouveau gouvernement à l'égard des entreprises et de leurs dirigeants. Ces signaux, dans la crise que traversent l'Europe en général et la France en particulier, sont largement contre-productifs, au moment où la priorité doit être, au contraire, le rassemblement dans l'effort commun. On a beaucoup reproché à Nicolas Sarkozy, de diviser les Français et de monter certaines catégories de la population contre les autres, en attaquant, par exemple, les corps intermédiaires. M. Montebourg, malheureusement, ne fait pas autre chose lorsqu'il accuse les dirigeants de PSA de "dissimulations", stigmatise les "plans sociaux abusifs" de Sanofi et traite les industriels comme des tricheurs."

Cette recommandation éditoriale, outre qu'elle transforme curieusement les dirigeants de PSA en "corps intermédiaire" représentatif, est pour le moins le reflet de la démission ambiante face à la puissance de l'argent. Renoncer, composer et se soumettre, sacrifier les faibles pour sauver ces riches qui seuls peuvent encore préserver ces mêmes faibles, tel est l'appel à la démission du politique lancé à Montebourg (et indirectement à François Hollande), appel doublé d'une invitation au renoncement définitif à toute aspiration social-démocrate à la transformation économique et sociale.
 
C'est dire combien, dans ce contexte, la tâche qui attend le ministre est démesurée, voire désespérée. "Pompier de l'impossible" a jugé Thomas Legrand dans son éditorial posthume des Inrocks. Jusqu'à preuve du contraire, le mot est juste.
 
Ainsi, quand Arnaud Montebourg présente son plan de sauvetage de l'industrie automobile, il est clair, évident et logique qu'il est déjà en train de jouer son avenir à long terme, écartelé entre réalisme et idéal, économique et politique.
 
À la frontière du réel
 
Combien de temps encore Arnaud Montebourg pourra-t-il tenir dans cette tenaille ? Combien de temps avant de ne plus pouvoir parvenir à masquer son impuissance ? Combien de temps avant de décevoir au point de susciter la rancœur des faibles qu'il ne pourra pas sauver ? Combien de temps avant l'irrémédiable impopularité, celle dont on ne se remet jamais ? Combien de temps avant que le ministre Montebourg ne démontre que le candidat Montebourg promettait l'impossible ? Combien de temps avant de ne plus être en état de peser sur le PS ? Combien de temps avant d'être étouffé par la stratégie politique Hollande ? Combien de temps avant la disparition politique ? Combien de temps, enfin, avant l'insoumission, c'est à dire la démission ?
 
Tout l'histoire de la République le montre : souvent, se démettre c'est le meilleur moyen de ne pas se soumettre. Arnaud Montebourg, grand corps malade du hollandisme au pouvoir ? Comme l'écrivait Mitterrand : "Être en accord avec soi-même, je ne connais pas de meilleur bulletin de santé".


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 26 Juil 2012 - 15:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?


Revenir en haut
legrandyan
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 27 Juil 2012 - 15:58    Sujet du message: PSA n'en fait qu'à sa tête, les gouvernants n'y pourront rien Répondre en citant

arf, mis à part que je ne suis pas calé en terme de politique,
mis à part que mon Ami tu es entrain de politisé le Fofo

je me demande quel numéro de Fusible porte Montebourg ?

y'a aussi laurent Fabius, qui pour moi a déjà  été grillé, mais pourtant toujours en place.....

si seulement nos ministres pouvaient être aussi peu chers que nos fusibles....


Revenir en haut
AngleZach
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 27 Juil 2012 - 16:18    Sujet du message: PSA n'en fait qu'à sa tête, les gouvernants n'y pourront rien Répondre en citant

Ouais, ça risque de politiser grave. Comme nous sommes éminemment polis et qu'on sait teaser avec classe, voire consciencieusement, ça va le faire. Et je te parle pas des modos de folie... Mr. Green

Montebourg est le plus dangereux des jeunes roquets du PS, avec Vals. Avec ces deux là, pas besoin de débaucher des vocations au FN.

Le père Flamby a joué finement en le casant là car le hobereau du 71 va devoir se défausser tout seul en lâchant l'affaire ... à moins qu'il ne rebondisse dans autre ministère amer. En tout cas, il passe pour un mec dont la pédanterie énerve au plus haut point un nombre exponentiel d'électeurs de la France d'en bas.


Il n'en reste pas moins que le coût social de ce genre de naufrage à petite vitesse ne sera connu que lorsque les sous-traitants locaux auront été éjectés. Au bas mot, cela représente 150 000 emplois. Des emplois qui seront délocalisés en Europe de l'Est. Et là ce sera trop tard. Je pense que PSA a fait un gros chantage dans les coulisses, et que n'importe quel gouvernement n'y peut absolument rien. Que d'chique !

Le truc gore, c'est l'énergie de Sokrazy pour faire reporter les annonces de dégraissages massifs pendant les mois précédents l'élection ... qui était perdue d'avance ! Il s'agissait d'effets d'annonce, les plans étaient prêts...


Revenir en haut
bigfred
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 28 Juil 2012 - 17:20    Sujet du message: PSA n'en fait qu'à sa tête, les gouvernants n'y pourront rien Répondre en citant

allez je m'en vais detendre l'atmosphere .... j'ai trouver ça sur youtube , un poete cet homme la!!!  







Revenir en haut
Iguane
LES PHILOSOPHES

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2012
Messages: 77
Modèle-moteur-finition: C5 2.2 HDi Break 2002
KILOMETRAGE: 295000
Masculin

MessagePosté le: Sam 28 Juil 2012 - 19:37    Sujet du message: PSA n'en fait qu'à sa tête, les gouvernants n'y pourront rien Répondre en citant

C'est toi qui a pondu ce texte, Jacques ( ton premier message ci-dessus ) ou tu l'as copié-collé ? Source ?

Ah pardon, j'avais pas vu que le titre est un lien vers la source.


Revenir en haut
nono47
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 29 Juil 2012 - 00:58    Sujet du message: PSA n'en fait qu'à sa tête, les gouvernants n'y pourront rien Répondre en citant

Moij je ne perd pas mon temps à suivre cette affaire déjà cousue de fil blanc.

Si au moins, ils remettaient tous les employés de l'usine d'Aulnay dans le bateau avec les robots, la place du site serait encore plus propre.

A'T'CHAO !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:54    Sujet du message: PSA n'en fait qu'à sa tête, les gouvernants n'y pourront rien



Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Citroën C5 phase 1 Index du Forum » LE GRENIER » DIVERS ESPACES » L'ESTANQUET Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001- 2004 phpBB Group
Designed for Trushkin.net | Styles Database
Traduction par : phpBB-fr.com